Une semaine en Multistrada

Mon Monster fait un sale bruit dans le moteur.

J’men fout, j’ai une Ducati Multistrada 1200S à la place (enfin temps que mon concess ne la réclame pas).

C’est pas rien la Multistrada. Plus de 20000€ dans sa version S, 150 cv en Full, des freins qui se repartissent tout seuls, des suspensions crochet dans le ciel (Fourche et amortisseurs pilotés Skyhook en temps réel selon des règles définies par les 4 modes de conduite). Une selle à 85cm du sol et, même pour moi qui ne suis pas verticalement challengé ce n’est pas rien. Avec 235kg placés hauts les manœuvres moteur éteint demandent un peu de technique et de réflexion pour ne pas se retrouver dans une impro désagréable.

On va continuer sur les défauts. Je déteste la béquille centrale qui gêne énormément. Pieds en canard obligatoires, c’est moche ça fait béhémiste. La bulle qui envoi tout dans le casque quel que soit le réglage (comme toute les bulles ou presque il est vrai). Le moteur est complétement castré du coup il est moins bien que mon 1100. Visiblement son caractère est dans les 50cv suivants, dommage pour nous. Les poignées chauffantes ne chauffent pas symétriquement. Le bruit aussi est moins à mon gout, moins fort, plus sourd, avec un petit coté bombardier, ça ne crépite presque plus. On oublie Moise ouvrant la mer rouge avec de grands coups de gaz. Ça c’est magique sur le monster alors que l’échappement est d’origine.

Le plus gros reproche c’est le keyless. C’est mignon mais les manips pour le neiman sont très vite extrêmement pénibles. On baisse le coupe circuit une première fois pour couper le contact, puis une deuxième fois en le maintenant pour mettre le Neiman, sauf que très régulièrement ça me rallume la moto et il faut attendre la fin de l’initialisation pour la ré-éteindre). Je n’ai peut être pas bien saisi les finesses de sa manipulation mais là, ça m’agace.

Le moteur. Il est plein, plutôt souple vu son architecture. Peu de frein moteur par contre il tracte. C’est d’ailleurs très frustrant car le bridage arrive très vite. Ça commence comme un TGV et juste quand on commence à trouver ça vraiment drôle ça continue comme un train Corail. C’est la France. Bon faut être honnête, ça suffit déjà pour lever, mais c’est dommage, on a payé chacun des 150cv.

Le châssis. Une fois qu’on a prit le pli du train avant forcement moins communicatif que celui du Monster (certainement du au guidon haut qui change pas mal la façon dont on le charge) on s’aperçoit que l’on est sur un tapis volant. Pour deux raisons, la première c’est que l’on ne sent pas grand chose des défauts de la route, on la survole. La deuxième c’est tout simplement que c’est MAAAGIQUE. La moto adapte toute seule les réglages à chaque phase de conduite. Ça durcit quand on freine, s’assouplit sur une bosse, on a toujours le réglage parfait. On s’épargne le compromis, qui par définition n’est jamais pleinement satisfaisant. Du coup bah c’est irréprochable, du moins à mon niveau. Mais mauvaise foi mise à part y a pas grand monde en mesure de se plaindre.

Les freins. Bon bah brembo, radial de partout, 4 pistons, 320mm, toussa, secondé par un excellent ABS qui fait plein de choses. Forcement rien à dire.

Vie à bord. Premier très bon point l’éclairage feu de croisement à LED, c’est beau, ça impose le respect comme les xénons sur les voitures d’y a 15 ans et en plus ça éclaire plutôt bien. Les feux de route, bon bah c’est jaune, c’est cheap, ça manque de bleuté, c’est pas Audi. Le compteur est complet, du coup il est brouillon, mais on s’en sort avec l’habitude. Les changements de mode sont un peu casse pieds, j’aurais aimé des boutons dédiés. Pareil pour les poignées chauffantes, je vous donne le truc c’est le bouton du démarreur. Si on ne me l’avait pas dit je n’aurais jamais trouvé. Le warnings sont accessibles en tenant la commande de cligno à gauche quelques secondes. Laborieux quand on s’en sert souvent pour l’interfile. La bulle se règle facilement. Le passager est bien traité, tout comme le postérieure du pilote.

On est pas loin de la moto polyvalente parfaite. Ça fait tout et plutôt très bien. Reste la question de la fiabilité avec autant d’électronique, la chaine qui serait très avantageusement remplacé par un cardan et le prix un peu costaud. Le vrai problème, c’est que si on accepte de lâcher un peu de lest sur la sportivité (et encore, pas tant que ça) et que l’on prend en compte les points précédents, on obtient une Super Ténéré.

 

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Ducati Multistrada 1200S

Une réflexion au sujet de « Une semaine en Multistrada »

Les commentaires sont fermés.